fleurs_haut
-234-
Le filet

Je nage allègrement
Dans la mer de ce monde
En plongeant joyeusement
Dans les eaux profondes,
Pour ensuite remonter et prendre des bouffées d’air
Et replonger dans les eaux qui ne sont pas très claires.

Qu’il est bon de profiter de la mer
Elle semble si belle et parfaite.
Alors, pourquoi ne devrais-je pas m’y plaire
Et ne pas faire une petite saucette
Et pouvoir en profiter
Sans même me lasser.

Ah ! Oui, j’y nageais comme un poisson
Sans jamais mordre à l’hameçon.
Je me sentais à l’abri de tout danger
Me disant que je ne pouvais pas me noyer.
Peu à peu, les eaux se sont refroidies
Et mon plaisir fut amoindri.

Ah ! Oui, j’ai été prise au filet
Dans lequel le monde m’avait entraînée.
J’avais succombé sous ses attraits
Qui voulaient m’entraîner.
On s’y laisse prendre les yeux fermés
Et il veut nous garder prisonnier.

Toi qui vogues sur la mer de ce monde
Toi que l’angoisse inonde.
Ton Sauveur est venu te libérer;
De ton filet te dégager
Fais comme moi, donne-Lui ton cœur
Et Tu trouveras le bonheur.

Reine Gaulin,  Août 2003