Job

Référence : Job 1 v. 1 à 22, Job 2 v. 1 à 10, Job 42 v. 12 à 17.
        En ouvrant notre bible, nous avons la bénédiction d’y découvrir le livre de Job. Ce livre nous raconte l’histoire de la vie de cet homme à l’attitude exemplaire. Job était un homme intègre et droit qui craignait Dieu. Il avait 7 fils et 3 filles. Il possédait sept mille brebis, trois mille chameaux, cinq cents paires de bœufs, cinq cents ânesses, et un très grand nombre de serviteurs. On dit de cet homme qu’il était le plus considérable de tous les fils de l’Orient. Job avait l’habitude d’offrir un holocauste pour chacun de ses fils en se disant que peut-être ses fils auraient péché contre Dieu durant leurs nombreux festins. Job aimait et craignait l’Éternel.

        Un jour, les fils de Dieu vinrent à la rencontre de l’Éternel et Satan vint au milieu d’eux. L’Éternel lui dit : « As-tu remarqué mon serviteur Job ? Il n’y a personne comme lui sur la terre ; c’est un homme intègre et droit, craignant Dieu, et se détournant du mal. » Satan lui répondit que Job agissait ainsi, car il avait été protégé, bénis et qu’il possédait de grands troupeaux. Satan croyait que si Dieu enlevait à Job tout ce qui lui appartenait, il se tournerait vers le mal et maudirait l’Éternel. C’est alors que Dieu permit à Satan d’enlever à Job tout ce qu’il avait à condition qu’il ne porte pas la main sur lui.

        C’est à ce moment que Job commença à perdre tout ce qu’il possédait. Ses bœufs et ses ânesses furent enlevés par des Sabéens tandis que ses serviteurs furent tués au fil de leurs épées. Un seul de ses serviteurs survécu afin de lui en apporter la nouvelle. Ensuite, le feu tombé du ciel brûla ses brebis et ses serviteurs. Encore une fois, un seul de ses serviteurs survécu et vient lui en apporter la nouvelle. Des Chaldéens enlevèrent ses chameaux et tuèrent ses serviteurs. Un seul serviteur vint lui en apporter la nouvelle. Un autre serviteur arriva et annonça à Job qu’un grand vent avait frappé la maison où ses fils et ses filles mangeaient, aucun survécu.

        En apprenant ses nouvelles, Job se jeta par terre, se prosterna et dit : « Je suis sorti nu du sein de ma mère, et nu je retournerai dans le sein de la terre. L’Éternel a donné, et l’Éternel a ôté ; que le nom de l’Éternel soit béni ! » Malgré tous les malheurs qui lui arrivaient, Job ne pécha point contre Dieu.

        Évidemment, Satan n’était pas satisfait de la réaction de Job. C’est pourquoi, lorsque les fils vinrent encore à la rencontre de Dieu, Satan vint au milieu d’eux. L’Éternel montra à Satan l’attitude exemplaire de Job. Satan lui dit : « Tout ce que possède un homme, il le donne pour sa vie. Mais étends ta main, touche à ses os et à sa chair, et je suis sûre qu’il te maudit en face. » L’Éternel livra Job à Satan en ayant comme condition qu’il épargne sa vie. Job fut frappé d’un ulcère malin de la plante de son pied jusqu’à sa tête. Sa femme ne comprenait pas pourquoi Job restait fidèle à Dieu. Elle souhaitait qu’il le maudisse pour tout ce qui lui arrivait. Malgré les paroles insensées de sa femme, Job ne pécha point contre Dieu.

        À la fin de ce livre, on peut voir que Dieu a récompensé grandement Job d’avoir gardé la foi et de lui être resté fidèle même dans les persécutions. L’Éternel rétabli Job dans son premier état et lui donna même le double de tout ce qu’il possédait. Job posséda quatorze mille brebis, six mille chameaux, mille paires de bœufs et mille ânesses. Il eut sept fils et trois filles. Il est même écrit qu’il n’y avait pas d’aussi belles femmes dans le pays que celles des filles de Job. L’histoire de Job nous démontre l’importance de garder la foi. L’Éternel veille sur nous. Il nous aime et veut notre bien. Nous devons nous rappeler que Dieu est toujours là pour nous même quand nous vivons des épreuves. Nous devons nous en remettre à lui. Par le fait même, l’histoire de Job nous montre que les choses matérielles de ce monde sont passagères, mais les bénédictions et l’amour de Dieu durent toujours. Dans Matthieu 6 au verset 19, il est écrit : « Ne vous amassez pas des trésors sur la terre, où la teigne et la rouille détruisent, et où les voleurs percent et dérobent ; mais amassez-vous des trésors dans le ciel, où la teigne et la rouille ne détruisent point, et où les voleurs ne percent ni ne dérobent. »
Katherine Dourthe Document made with KompoZer